Dans les années à venir, nous nous souviendrons de 2020 comme de l’année où tout a changé. Jamais une telle croissance, aussi soudaine, ne s’est produite comme celle qu’ont enregistré les secteurs du numérique et du commerce électronique, véritable boom né de la crise de la COVID-19.

Dans un contexte de ralentissement économique, la crise de la COVID-19 a entraîné une explosion du commerce électronique et une accélération de la transformation numérique.

Alors que le confinement devenait la nouvelle normalité, les entreprises et les consommateurs se tournés de plus en plus vers le numérique, vendant et achetant davantage de biens et de services en ligne. La part du commerce électronique dans le commerce de détail mondial est ainsi passée de 14 % en 2019 à environ 17 % en 2020

Ces résultats, entre autres, sont présentés dans un nouveau rapport intitulé COVID-19 and E-commerce : A Global Review, publié par la CNUCED et ses partenaires de l’initiative eTrade for all. Il présente les profondes transformations industrielles régionales et globales qui sont apparues tout au long de 2020.

Les résultats montrent que le commerce électronique a fortement progressé dans toutes les régions, les consommateurs des économies émergentes étant les plus nombreux à faire des achats en ligne.

En Chine, la part des ventes de détail en ligne est passée de 19,4 % à 24,6 % entre août 2019 et août 2020. Au Kazakhstan, la part des ventes de détail en ligne est passée de 5 % en 2019 à 9,4 % en 2020. En Thaïlande, le nombre de téléchargements d’applications de shopping a bondi de 60 % en une semaine en mars 2020.

La tendance enregistrée pour le commerce électronique en 2020 devrait se maintenir au cours de la reprise, selon le rapport. Mais dans plusieurs pays parmi les moins développés, les consommateurs et les entreprises n’ont pas tiré parti des opportunités offertes par le commerce électronique en raison d’obstacles persistants.

Il s’agit notamment du coût élevé des services à large bande, de la dépendance excessive à l’égard de l’argent liquide, du manque de confiance des consommateurs, des faibles compétences numériques de la population et de l’attention limitée accordée par les gouvernements au commerce électronique.

Les pays qui exploitent le potentiel du commerce électronique seront les mieux placés pour que les biens et services qu’ils produisent atteignent les marchés mondiaux dans une économie en voie de numérisation. En revanche, ceux qui ne le font pas risquent d’accumuler un plus grand retard”, a déclaré Shamika N. Sirimanne, directrice de la technologie et de la logistique à la CNUCED.

source: https://unctad.org/fr/news/suite-la-covid-19

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *